alphonse daudet

Où vivait Alphonse Daudet ?

Ecrivain et dramaturge français, Alphonse Daudet est né le 13 mai 1840 à Nîmes. Il trouve la mort le 16 décembre 1897 à Paris. Pour l’élaboration de ses œuvres, il s’est beaucoup inspiré de ses terres natales et parmi ses œuvres qui reflètent ceci, on peut citer entre autres les Lettres de mon moulin et le Petit Chose. Cependant, de son vécu, Alphonse Daudet n’était pas toujours resté en Provence.

De 1840 à 1849 : à Nîmes

C’est dans une famille catholique à Nîmes que naît Alphonse Daudet en 1840. On peut dire qu’il s’est retrouvé dans une famille aisée, car à l’époque, son père, Vincent Daudet était tisserand et négociant en soieries et sa mère était tout simplement femme au foyer, mais fille d’un riche négociant en soie ardéchois. Cette enfance, Alphonse Daudet ne l’a pas vraiment passé au centre-ville de Nîmes, mais il s’est retrouvé à Bezouce, un petit village situé à quelques kilomètres de Nîmes. En 1845, il devient élève des Frères des écoles chrétiennes à Nîmes. Il s’y retrouve pendant deux années.

Lire aussi – Où vivait William Shakespeare ?

De 1849 à 1858 : Entre Lyon et Alès

alphonse daudet

En 1849, Monsieur Vincent Daudet se voit obligé de fermer sa fabrique et la famille déménage à Lyon. Alphonse Daudet change alors d’environnement pour se retrouver au lycée Ampère de la ville. Il y commence sa classe de sixième. On peut dire qu’il s’en sort pas mal du côté des études, mais la situation financière de la famille l’oblige à renoncer à passer son bacc en 1855. Alphonse entre au collège l’Alès en tant que maître d’étude. Cette intégration dans le milieu professionnel fut pour lui une expérience pénible et c’est ce qu’il raconte dans son premier roman « Le Petit Chose ».

Découvrrir également – Où vivait Albert Lozeau ?

De 1858 à sa mort : Paris

Alphonse Daudet se tourne alors vers une carrière littéraire et déménage à Paris auprès de son frère en novembre 1857. Il semble mener une belle vie, mais cette dernière le rattrape rapidement : il est atteint d’une affection syphilitique extrêmement grave. Cette malade lui laisse d’importantes séquelles dont une ataxie locomotrice. C’est à partir de là d’ailleurs qu’il prend les béquilles. Lorsqu’Alphonse Daudet retrouve un certain équilibre dans sa santé, il reprend son rêve pour embrasser une carrière littéraire. Il collabore alors avec des journaux dont Paris-Journal, Le Figaro et l’Universel. Il assiste alors aux publications de ses premières œuvres et s’en vient par suite son succès dans le monde littéraire. Il enchaîne les publications notamment celle de l’Arlésienne en 1869, de Numa  Roumestan en 1881.

L’écrivain, malgré son succès, ne peut pas vivre normalement avec les symptômes de la syphilis. Son médecin lui recommande de partir vers une zone où le climat est plus clément. Ne voulant pas vraiment quitter Paris où il est secrétaire du duc de Morny en 1860, Alphonse Daudet part en voyage. Il s’offre un petit tour du monde en passant par l’Algérie, la Corse et la Provence. Après ce grand voyage, Alphonse se dédie entièrement à l’écriture. Sa maladie se complique, mais il continue toujours de publier jusqu’en 1895. Deux années plus tard, Alphonse finit par mourir toujours à Paris et c’est dans cette ville qu’il est enterré.

Paul Eluard, de son vrai nom Eugène Grindel est né à Saint-Denis, mais il a vécu dans d’autres villes. Où vivait Paul Eluard ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *