Charles Baudelaire

Où vivait Charles Baudelaire ?

Naissance et enfance

Charles Baudelaire a vu le jour le 9 avril 1821 au 13 rue Hautefeuille, à Paris. Son père, Joseph-François Baudelaire meurt alors que le futur poète n’avait que six ans. Il vit alors avec sa mère, Caroline Dufaÿs, au 50, rue Saint-André-des-Arts. Quand sa mère se remarie en 1828, il la suit pour vivre au 17, rue du Bas, auprès de son beau-père. La famille y reste jusqu’en 1832, année durant laquelle le beau-père reçut sa promotion.

Entre 1832 à 1836, il fut inscrit à la pension Delorme puis à l’internat du collège Royal. En parallèle, il vivait au 4-6 rue d’Auvergne.

En 1836, la famille retourne à Paris et s’établit au 32, rue de l’Université. Charles, alors âgé de14 ans,  fut ensuite inscrit au Collège Louis-le-Grand, au 123, rue Saint-Jacques, comme pensionnaire. Après avoir été renvoyé de l’internat, il revient vivre auprès de ses parents, sur la rue de la Culture-Sainte-Catherine (aujourd’hui rue de Sévigné), dans le Marais. On le plaça ensuite chez son répétiteur, au 22, rue du Vieux-Colombier jusqu’au baccalauréat, en 1839. A cause de son côté rebelle, son beau-père, le colonel Aupick l’envoie à Calcutta. Le navire n’arrivera toutefois pas à destination, mais s’arrêta aux îles Mascareignes suite à un naufrage. Il vécut, pendant quelques mois sur l’île de La Réunion.

Charles Baudelaire

Vie d’adulte

Après ce voyage raccourci, il retourne à Paris et y mène une vie de dandy qui l’entraîna à un fort endettement. Il vécut, à cette époque, au 10 (aujourd’hui 22) quai de Béthune sur l’île Saint-Louis. C’’est là qu’il avait pour habitude de recevoir Jeanne Duval, sa maîtresse. Il commença, en même temps, à écrire ses premiers poèmes.

D’hôtel en hôtel

A cause de ses dettes, il dut déménager à plusieurs reprises pour fuir ses créanciers. On lui connaît alors de nombreuses adresses qu’il a occupées temporairement. En effet, après avoir quitté le quai de Béthune, il vécut :

  • durant le premier semestre de l’année 1843, au rue Vaneau
  • de juin à septembre 1843, au 15, quai d’Anjou sur l’île Saint-Louis
  • d’octobre 1843 à 1846, au 17 quai d’Anjou à l’hôtel Pimodan (aujourd’hui hôtel de Lauzun) sur l’île Saint-Louis
  • à partir de 1846, il changea maintes fois de domicile : d’abord à l’hôtel Corneille, puis au 33, rue Coquenard (aujourd’hui rue Lamartine), ensuite à l’hôtel de Dunkerque, à l’hôtel Folkestone, au 24v rue de Provence, au 7 rue de Tournon et bien d’autres encore

En 1848, on le retrouva au 18, avenue de la République (aujourd’hui avenue de Neuilly).

Après un bref séjour à Dijon, il s’établit au 95, avenue de la République entre mai 1850 à juillet 1851. De là, il déménagea au 25, rue des Maris-du-Temple (aujourd’hui rue Yves-Toudic) pour s’établir au 11, boulevard de Bonne-Nouvelle à partir de mai 1852 jusqu’au mois de juillet de la même année.

Charles Baudelaire

Entre octobre 1852 à mai 1854, il vécut dans un hôtel au 60, rue Pigalle pour déménager, à nouveau au 57, rue de Seine, à l’hôtel du Maroc. Il y resta entre mai 1854 à février 1855. Après d’autres passages dans divers hôtels il logea dans des gîtes de rencontre au début du mois de juin 1855.

Entre janvier à juin 1856, il emménage, avec Jeanne Duval, au 18, rue d’Angoulême-du-Temple (aujourd’hui rue Jean-Pierre-Timbaud). Le couple n’arrête toutefois pas de se disputer et il la quitte pour s’établir au 19, quai Voltaire entre juin 1856 à novembre 1858. C’est là qu’il acheva son ouvrage intitulé Les Fleurs du Mal.

Entre novembre 1858 à juin 1859, il séjourne alternativement à Honfleur, chez sa mère, et à Paris, au 22, rue de Beautreillis, chez Jeanne.

Entre 1859 à 1864, il vit au 22, rue d’Amsterdam, à hôtel de Dieppe puis emménage, de nouveau, avec Jeanne Duval, au 4, rue Louis-Philippe entre décembre 1860 à janvier 1861.

Bruxelles et fin de vie

En avril 1864, il part pour la Belgique et vit à Bruxelles, au 28, rue de la Montagne, jusqu’en juillet 1866, mois durant lequel on a dû le ramener à Paris à cause de sa santé déclinante. Il est alors placé dans la maison de santé du Dr Guillaume Emile Duval, au 1 rue du Dôme, dans le quartier de Chaillot. Il y occupe un pavillon situé au fond du jardin et c’est là qu’il meurt, le 31 août 1867.

Le lendemain, il fut enterré au cimetière du Montparnasse, aux côtés de son beau-père et où, sa mère les rejoint quatre ans plus tard.

Les auteurs français

Laisser un commentaire

Comment
Nom*
Mail*
Website*