Ou vivait Jean-Jacques Rousseau

Où vivait Jean-Jacques Rousseau ?

Jean-Jacques Rousseau est né du mariage entre Isaac Rousseau et de Genève Bernard. Il voit le jour à Genève le 28 juin 1712 et décède le 2 juillet 1778 dans la ville d’Ermenonville.  Il passe la plus grande partie de sa vie à Paris.

Enfance et scolarité

Jean-Jacques Rousseau naît dans la maison familiale dans la ville haute de Genève, localisée Grand-Rue. Il perd sa mère à peine neuf jours après sa naissance. Quant à son père, il déménage pour Nyon en 1722 à cause de problèmes avec la justice. Rousseau lui rendra régulièrement visite, mais ne s’y installe pas.

La même année, son père l’envoie plutôt vivre chez son oncle, un pasteur protestant appelé Gabriel Bernard. Mais ce dernier l’envoie en pension à Bossey, une ville située au sud de Genève sous la tutelle du pasteur Lambercier. Il y reste pendant deux ans.

A partir du 26 avril 1725, il est pris sous l’aile d’un maître graveur dénommé Abel Ducommun. Il s’enfuie le 24 mars 1728, puis se réfugie chez le curé de Confignon pour ensuite être confié à la baronne Françoise-Louise de Warens, vivant à Vaud où il passe tout juste quelques semaines.

Le 12 avril 1728, il est envoyé à Turin et réside quelques mois à l’hospice des catéchumènes de Spirito Santo. Il revient chez la baronne, à Chambéry en juin 1729. En octobre de la même année, il emménage chez un maître de chapelle, M. Le Maître, mais revient vers Mme Warens en septembre 1731. Après la mort du compagnon de cette dernière le 13 mars 1734, Rousseau et elle-même passeront quelques mois dans la propriété des Charmettes, à Chambéry.

Jean-Jacques Rousseau 

Jean-Jacques Rousseau

Sa vie à Paris

Rousseau entreprend un second voyage à Paris durant l’automne 1741 après y être passé pour la première fois, dix ans auparavant. Dans la capitale française, il s’installe à l’hôtel de Saint-Quentin, rue des Cordiers, une ancienne rue située entre la rue Victor Cousin et celle de Saint-Jacques. Après avoir fait connaissance avec la famille Dupin, il décide d’emménager sur la rue Verderet, à quelques pâtées de maison de la rue Platrière où vivent ses nouveaux amis.

Entre 1744 et 1745, il reprend une chambre auprès de l’hôtel de Saint-Quentin et y rencontre Thérèse Levasseur qui y travaillait. Il emménagera avec elle dans une maison située 57 rue des Petits-Champs.

A partir de la fin de l’année 1749 et jusqu’en 1756, le couple se prend une chambre au 4ème étage d’un hôtel sis rue de Grenelle-Saint-Honoré, l’hôtel du Languedoc. En parallèle, Rousseau passe souvent quelques jours dans la maison de son ami appelé Musard qui habite 21 rue Raynouard.

La vie trépidante et animée de la capitale ne lui plaît plus. En 1756, il décide de déménager pour la banlieue de Montmorency. Il y restera durant six ans, dans une maison située dans le département de Val-d’Oise et qui deviendra plus tard, le Musée Jean-Jacques Rousseau.

Découvrez le musée Jean-Jacques Rousseau

Après le larcin dû à son œuvre intitulée l’Emile, il fuit la France pour se cacher chez son ami Daniël Roguin qui habite à Yverdon-les-Bains, dans le canton de Vaud. Il s’en va ensuite chez Madame Boy de la Tour qui vit à Môtiers, une commune suisse localisée dans le canton de Neuchâtel à Val-de-Travers. Mais dénoncé par Voltaire d’avoir abandonné ses cinq enfants, le pasteur Montmollin qui l’a recueilli à Môtiers tente de l’excommunier.

Protégé par Frédéric II, il fuit vers l’île Saint-Pierre, dans le canton de Berne le 10 septembre 1865. Il en sera chassé le 24 octobre de la même année. Il revient à Paris et s’installe au quartier du Temple, dans le 3e arrondissement de Paris entre novembre et décembre 1865.

Jean-Jacques Rousseau 

la vie de Jean-Jacques Rousseau

Angleterre

Il part pour l’Angleterre le 4 janvier 1766 sur l’initiative de David Hume. Entre le 22 mars 1766 au 1er mai 1767, il habite la propriété de Wootton Hall située dans le Staffordshire, une demeure appartenant à Richard Davenport. Dès lors, sous peine d’une condamnation émise par le Parlement, il est contraint à fuir encore une fois et revient en France.

Il résidera au château de Trye, dans l’Oise durant l’année qui suivra. A la mi-juin 1768 et jusqu’au 10 avril 1770, il s’installe en Isère, d’abord à Bourgoin, ensuite à Maubec, deux communes de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il passe encore quelques jours à Lyon avant de revenir finalement à Paris le 24 juin 1770, à l’hôtel Saint-Esprit, situé dans la rue Plâtrière.

Le Château d’Ermenonville, lieu de son décès

L’année de sa mort, en 1778, Rousseau est convié par le marquis René-Louis de Girardin à passer quelques jours chez lui, dans le Château d’Ermenonville. Il y trouve subitement la mort le 2 juillet à cause d’un accident vasculaire cérébral. Avant sa mort, il évoque le désir de pouvoir reposer dans le parc de la demeure de son ami, l’île des Peupliers. Il y sera inhumé le 4 juillet avant d’être transféré au Panthéon de Paris en 1794.

Les auteurs français

Laisser un commentaire

Comment
Nom*
Mail*
Website*