les lieux de résidence d'Alphonse Allais

Où vivait Alphonse Allais ?

Alphonse Allais était de son vivant un grand journaliste, mais il était également connu, notamment pendant la Belle Epoque, en tant qu’écrivain et humoriste. Sur la scène, il était apprécié pour son humour absurde et entre les lignes, on reconnaissait ses œuvres par ses vers holorimes. Allais était aussi un conteur et on lui donne parfois le titre de « grand conteur de la langue française ». Il est né le 20 octobre 1854 à Honfleur et décède à Paris le 28 octobre 1905.

Son lieu de naissance, Honfleur

Le couple Charles Auguste Allais et Alphonsine Vivien avait cinq enfants et Alphonse Allais était le cadet. C’était à Honfleur que ce dernier était né. Rappelons qu’Honfleur est cette petite commune qui se trouve dans le département du Calvados sur la rive sud de l’estuaire de la Seine. L’enfance d’Allais était un peu compliquée, car sa famille le croyait muet. Il n’a prononcé aucun mot qu’à ses trois ans.

Alphonse Allais où vivait-il ?
Source : Poetica

 

A l’école, Alphonse brillait dans les matières scientifiques, ce qui explique son baccalauréat en sciences. La première fois qu’il passe le bacc, à ses 16 ans, il a été recalé à cause de ses mauvaises notes en histoire et en géographie. Il ne l’obtient qu’en 1870. Son père qui est pharmacien choisit pour lui une suite dans la pharmacie et il l’intègre dans sa pharmacie en tant que stagiaire. Son père décide même de l’envoyer étudier à Paris.

Lire aussi – Où vivait Marcel Pagnol ?

Après Honfleur, Paris

Pas très intéressé de ce chemin que son père a choisi pour lui, Alphonse passe son temps aux terrasses des cafés ou dans le jardin de Luxembourg. Il rate tous les examens de l’école de pharmacie. Son père s’en rend très vite compte et mécontent de la situation, il décide de couper les vivres de son fils. C’est là qu’Alphonse Allais décide de bouger pour subsister. Il entre alors dans le domaine de la photographie grâce à son ami Charles Cros.

Malheureusement, ce domaine ne lui sourit pas. Il s’essaie par la suite dans le domaine du journalisme en publiant des chroniques loufoques dans les revues parisiennes. Son nom commence alors à se faire connaître. A côté de ce début de carrière dans le journalisme, on voyait également Alphonse Allais dans les groupes fantaisistes comme « les Hydropathes », « les Fumistes » ou encore « les Hirsutes ».

Dossier – Où vivait André Breton ?

les résidences d'Alphonse Allais
Source : Les Mémorables

En 1881, les études d’Alphonse Allais en pharmacie prennent fin, mais il les rate. Il est pleinement intégré dans le monde du journalisme. Il devient même collaborateur du journal « Le Chat noir ». Il faut même qu’il attende deux années pour signer la première fois avec ce journal. C’est grâce à ce journal, mais aussi pour ses œuvres aux notes humoristiques et pour ses nouvelles écrites au jour le jour. Après quelques années de dur labeur, Alphonse Allais décroche le poste de rédacteur en chef au Chat noir, à partir de la parution n°249 en 1886. Il quitte le journal le Chat noir le 19 août 1893, mais il continue à écrire des contes et des œuvres courtes dans les journaux comme Gil Blas et Le Journal.

Toujours à Paris, Alphonse Allais se concentre plus sur la rédaction de ses premiers recueils à partir des années 1890. Il finit par sortir « A se tordre » en 1891 et « Vive la vie » en 1892. C’est pendant la Belle Epoque qu’il se fait connaître dans le monde littéraire de par son écriture légère, son humour décalé, ses calembours et ses vers holorimes.

A découvrir également – Où vivait Louis Aragon ?

Un petit voyage pour les Etats-Unis et le Canada

En juin 1894, Alphonse Allais quitte Paris pour partir aux Etats-Unis, notamment pour New-York et prévoit de continuer le voyage au Canada. Il prend avec ses amis le paquebot de luxe La Touraine au Havre. Le voyage est prévu pour huit jours et il en profite pleinement entre les cocktails, les flirts et les invitations de la part des hauts gradés.

Pendant ce voyage, il n’oublie pas sa plume et a même écrit un récit sur son arrivée à New-York. Il le raconte avec humour en annonçant le fait que les courses en voiture à New-York étaient bien chers. Alphonse Allais continue son périple au Canada et c’est là qu’il passe une grande partie de son voyage. Il revient en France, à Paris, à son lieu de résidence un mois plus tard.

Ceci pourrait également vous intéresser – Où vivait Alphonse Daudet ?

Le retour à Paris

En 1895, l’écrivain journaliste se marie avec Marguerite Marie Gouzée. Il se consacre plus ou moins à cette vie de « marié » sans pour autant oublier sa plume. Quatre ans plus tard, il obtient le poste de rédacteur en chef du journal humoristique « Le Sourire ». On voit également quelques-uns de ses recueils, notamment « Ne nous frappons pas sort » en 1900 et « le Captain Cap » en 1902. A cette époque, on constate qu’il change de style d’écriture : on ressent dans ses œuvres une certaine déception.

la vie d'Alphonse Allais
Source : JeSuisMort

Alphonse Allais, à seulement une cinquantaine d’années, est touché par une phlébite. C’est ce qui dégrade rapidement son état de santé. Son médecin lui recommande un repos au lit. Malheureusement, il meurt le 28 octobre 1905 dans la matinée à l’hôtel Britannia à Paris d’une embolie pulmonaire. Il est par la suite mis en terre au cimetière parisien Saint-Ouen. En 1944, sa tombe est détruite et ses cendres « virtuelles » ont été transférées à Montmartre en 2005.

A découvrir aussi –  Où vivait William Shakespeare ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *