Ou vivait Andre Malraux

Où vivait André Malraux ?

Ecrivain français du 20ème siècle, André Malraux est né le 3 novembre 1901, au 53, rue Damrémont, dans le 18e arrondissement de Paris. Suite au divorce de ses parents en 1905, il grandit auprès de sa mère, de sa tante et de sa grand-mère. Ils vivaient alors au n°16, rue de la Gare à Bondy. Son père, quant à lui s’est remarié et a eu deux autres fils. Malgré la séparation des parents et les tics dont il est atteint dès son plus jeune âge, André vit une enfance heureuse.

Etudes et formation

A partir de 1915, il a étudié à l’école supérieure, sise sur la rue Turbigo, aujourd’hui connue en tant que lycée Turgot. Il est ensuite admis au lycée Condorcet et finit par abandonner ses études sans avoir obtenu le baccalauréat. Déjà en ce temps, il était passionné de littérature.

André Malraux

Andre Malraux

Vie d’adulte

En 1920, il devient directeur littéraire chez Simon Kra puis se retrouve à la tête de la direction artistique des Editions du Sagittaire. Il devint alors indépendant financièrement et décide d’habiter seul. Il vécut d’abord, rue Rachel à Montmartre en 1919 puis dans une chambre au Lutetia au n°45, boulevard Raspail en 1920.

Vie amoureuse

Suite à sa rencontre avec Clara Goldschmidt, le couple voyage en Italie, à Venise et à Florence avant de rentrer en urgence suite à un manque d’argent. Ils se marient le 21 octobre 1921 puis se remirent à voyager  d’abord à Pragues pour leur voyage de noces, puis à Vienne, à Magdebourg, à Berlin, en Tunisie et en Sicile. Ils se séparent le 9 juillet 1947. Leur fille, Florence Malraux naît le 28 mars 1933.

En 1940, il eut un fils avec Josette Clotis, mais n’étant pas encore divorcé de Clara, il ne put reconnaître l’enfant. Ce dernier a alors été appelé Gauthier, puis pour qu’il porte le nom de Malraux, son frère Roland l’a reconnu comme étant son fils.

En 1941, il s’installe à Roquebrune-Cap-Martin, à la villa La Souco avec Josette Clotis. Il y réside jusqu’en 1942 et a séjourné, au milieu de l’année 1941, à la villa Les Camélias à Cap d’Ail.

Au mois de septembre, il fait un séjour dans l’Allier puis s’installe dans le Cantal, là ou Josette Clotis et leur fils le rejoint. En 1943, ils déménagent à nouveau à Saint-Charmant, en Corrèze. Le couple eut un second fils, le 11 mars 1943. Josette Clotis meurt brutalement dans un accident le 12 novembre 1944.

En 1945, il s’installe avec Marie-Madeleine Lioux, veuve de son frère Roland, aux deuxième et troisième étages du n° 19 bis avenue Robert-Schuman à Boulogne-sur-Seine. Le 13 mars 1948, il épouse Marie-Madeleine Lioux. Le couple voyageait beaucoup.

En 1969, il a séjourné au château de Vilmorin à Verrières-le-Buisson avec Louise de Vilmorin. Après la mort de cette dernière, il reste vivre au château, cette fois en compagnie de la nièce de la défunte, Sophie de Vilmorin.

Cette dernière est sa dernière compagne puisque c’est elle qui s’occupera de Malraux jusqu’à sa mort.

Il a été hospitalisé à l’hôpital Henri-Mondor, à Créteil en novembre 1976 et meurt le 23 novembre 1976 suite à un cancer de la peau. Il a été inhumé au cimetière de Verrières-le-Buisson puis ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1996, à l’occasion de la célébration du 20e anniversaire de son décès.

Découvrez le Centre culturel André Malraux

André Malraux

Histoire d Andre Malraux

Son aventure à Angkor

En 1923, André Malraux accompagné de sa femme et de son ami d’enfance, Louis Chevasson partent pour l’Indochine dans le but d’y commettre un vol. Ils partent de Marseille pour Hanoï puis s’installe à Siem Reap, à proximité du lieu du larcin. Une fois le vol commis, ils sont arrêtés à Phnom-Penh le 23 décembre 1923, puis assignés à résidence à l’hôtel Manolis. Ils y restent plusieurs mois et l’écrivain fut condamné à trois ans de prison le 21 juillet 1924. Sa femme, Clara, n’a pas été inculpée puisqu’a été jugée comme avoir seulement suivi son époux. Quant à son ami, il a écopé d’une peine d’un an et demi.

Après une pétition de ses amis intellectuels, la peine de Malraux a été réduite à un an et huit mois avec sursis tandis que celle de son ami a été raccourcie à huit mois, avec sursis.

De retour en France

Après l’épisode d’Angkor, André rentre en France en novembre 1924 avec son ami. Il s’établit pendant quelque temps à Paris, au n° 39 boulevard Edgar-Quinet. Avec son épouse, il repart ensuite en Indochine en février 1925. En juillet 1925, il fonde avec Paul Monin, la revue L’Indochine devenue par la suite, L’Indochine enchaînée.

Vers le début de l’année 1926, il revient en France avec Clara et oublie, peu à peu l’Indochine. Le couple s’installe au n° 122 boulevard Murat à Paris, mais il ne cesse de voyager.

En 1932, après le décès de la mère de Malraux, le couple déménage à nouveau et s’installe au n° 44 rue du Bac, dans le 7e arrondissement de Paris.

Entre juin et septembre 1934, le couple se trouve en URSS. En 1936, il part en Espagne quand la guerre civile y éclate. En 1937, il part pour une tournée de conférences aux Etats-Unis et au Canada.

Durant l’hiver 1937-1938, il vit à l’hôtel Madison au n° 143 boulevard Saint-Germain. C’est à cette époque qu’il a commencé à s’éloigner de son épouse Clara qui lui refusait fermement le divorce.

André Malraux

La vie d Andre Malraux

Deuxième guerre mondiale

Quand la guerre éclate, il s’engage, le 14 avril 1940, comme simple soldat et est affecté, pendant un mois, comme dragon au 41e dépôt de cavalerie motorisée, à Provins.

Faits prisonniers, il fut affecté dans une ferme de Collemiers. Avec l’aide de son frère Roland, il put s’évader de la ferme et réside chez lui, dans la Drôme, située en zone libre.

En mars 1944, il quitte discrètement Saint-Charmant pour gagner la Dordogne et fur arrêté par les Allemands le 22 juillet de la même année. Il se faisait alors appeler colonel Berger. Il fut incarcéré à la prison Saint-Michel de Toulouse.

En août 1944, il vivait de nouveau à Paris. Il part ensuite en Alsace et dans les Vosges pour participer à la première armée française.

En 1962, il dut quitter son domicile du parc des Princes, à Boulogne-Billancourt pour vivre au pavillon de La Lanterne, à Versailles. Il y reste jusqu’en 1969.

La culture

Durant toute sa vie, André Malraux était un fier défenseur de la culture. Il a créé Les Maisons de la Culture le 4 août 1962.

Découvrez Les Maisons de la culture

 

Les auteurs français

Laisser un commentaire

Comment
Nom*
Mail*
Website*